Fragile retour à l'équilibre pour les Hospices Civils de Lyon

Bien que confiante, la direction du 2e CHU de France admet que la situation financière reste fragile. L'endettement est colossal...


Les Hospices Civils de Lyon (HCL) sont confiants dans leur capacité à présenter des comptes d'exploitation équilibrés fin 2013 comme le leur impose l'Etat. Le deuxième CHU de France, qui affichait 94,3 millions de déficit principal en 2008, a ramené ses pertes à 54,3 millions en 2010 mais en prévoit encore 45,3 millions cette année, en intégrant le coup de pouce de 7 millions d'euros promis en juillet par les pouvoirs publics.


Regroupements et cessions


« La situation reste fragile » , reconnaît Daniel Moinard, directeur général, qui compte toutefois sur les différents leviers identifiés par les cabinets de conseil stratégique pour poursuivre l'amélioration en cours. Au-delà des regroupements opérés dans les activités logistiques (cuisine, stérilisation et blanchisserie centrales), la création d'une direction des achats doit générer 11 millions de gains en 2011 (8,5 millions en 2010) tandis que dans le même temps l'établissement mène une politique de valorisation de son patrimoine. Les 40 millions de cessions de biens envisagés cette année réduiront à 5,3 millions le déficit consolidé.

 

Au plan social, 200 emplois seront encore supprimés chaque année jusqu'en 2013, soit un total d'un millier de postes en cinq ans sur près de 24.000 agents. « Les efforts de productivité concernent principalement les fonctions support. D'ailleurs les recrutements sont ouverts pour les infirmières : il nous en manque 240. Ce qui nous oblige à fermer des lits » , regrette le directeur général.


La question de l'endettement aussi est cruciale. Celui-ci s'élevait à 922 millions d'euros fin 2010 correspondant à une durée de désendettement de dix-sept années contre cinq en moyenne pour l'ensemble des CHU. Pour rattraper leur retard, les HCL auront en effet investi plus de 900 millions d'euros ces sept à huit dernières années.


Reste toutefois en suspens la modernisation (initialement chiffrée à 350 millions d'euros) de l'emblématique hôpital Edouard-Herriot (un établissement pavillonnaire classé, au coeur de l'agglomération lyonnaise). Un consortium composé d'Antares Consulting et d'Icade travaille sur un projet non encore chiffré qui devrait être présenté en fin d'année. Et la direction entend solliciter l'aide de la tutelle dans le cadre d'« Hôpital 2012 ».

 


Marie-Annick Dépagneux

CORRESPONDANTE À LYON

Tous droits réservés (2011) LES ECHOS  


Source: Les Echos
Accès à l'histoire originale

Copyright © 2019 Antares Consulting S.L. Tous droits réservés   |   Mentions légales et Politique de confidentialité